Bulgarie 6

Dimanche 20 juin

Direction ce matin, de la réserve de Beglica. Bientôt, arrivée dans d’immenses forêts d’épicéas, de pins et de hêtres avec quelques plantes que voici : Arabis caucasica, Orthilia secunda, Soldanella pusilla, Telekia speciosa ,Vaccinum myrtillus et vitis-idaea. Dans la réserve même, déception : les forêts certes très belles, sont trop denses et trop sombres et de ce fait, dépourvues ou presque de sous-bois. Dans les clairières, les moutons qui y pâturent, ont transformé les vertes pelouses en tapis d’herbe rase et desséchée. Demi-tour et progression sur la route que nous aurions dû emprunter hier pour trouver l’hôtel recherché. Coup d’œil à cet hôtel et direction de Velingrad. Un peu plus loin, arrêt dans une clairière qui devient pour nous, une immense salle à manger. Le frugal repas terminé, mini-herborisation avant le départ. Elle nous permet de noter : Heleocharis sp, Consolida regalis subsp paniculata, Cerastium banaticum, endémique des Balkans.

En cours de route encore, arrêt botanique pour Philadelphus coronarius et Amorpha fruticosa, qui toutes deux bien naturalisées, décorent joliment les talus. Plus loin, nous notons aussi Silene armeria ainsi que deux trèfles, Trifolium pignantii et Trifolium pratense variété americanum.

Il est presque 16 heures à notre arrivée à Bansko où nous retenons l’hôtel. Ceci fait, vite en direction du Mont Vihren, 2914 mètres, point culminant du Pirin. Traversée de splendides forêts d’épicéas, de hêtres et de Pinus leucodermus à la belle écorce argentée, forêt égayée en lisière de beaux Chamaecytisus eriocarpus. Plus loin, parmi les grands pins clairsemés, tout plein de belles ancolies à fleurs jaunes, Aquilegia aurea. Au-delà, un éboulis à flore saxicole motive un autre arrêt. En voici quelques espèces relevées : Achillea ageratifolia et clusiana, Aubrieta intermedia, Dianthus microlepis et petraeus subsp simonkianus, Rosa pimpinellifolia, Trifolium pignantii.

Enfin Banderitsa chalet, refuge de montagne que nous visitons. Après quoi observation de la flore subalpine qui l’entoure et nous rappelle celle de nos Alpes avec Rumex alpinus, Veratrum album et Herakleum sphondylium mais de la subsp verticillatum.

Et voici Jeannette de retour d’une petite virée sur les hauteurs dominant le refuge, qui s’en revient avec quelques échantillons que nous avons le plaisir de déterminer. Ce sont : Campanula alpina, Jasione bulgarica, Chamaeorchis frivalda, Pinguicula balkanica, Doronicum colomnae, Soldanella hungarica.

01-lac-de-batak

Lac de Batak

02-beglica-reserve

Réserve de Beglica

03-beglica-moutons

Moutons dans la réserve

04-beglica-lac

Lac de Beglica

04-cerastium-banaticum

Cerastium banaticum

05-amorpha-fruticosa

Amorpha fruticosa

06-trifolium-pratense-ssp-americanum

Trifolium pratense ssp americanum

07-genista-carinalis

Genista carinalis

08-silene-armeria

Silene armeria

09-bansko-foins

Bansko : foins

10-a-bansko

Bansko

11-bansko-maison

Maison de Bansko

12-route-de-vihren

Route de Vihren

13-route-de-vihren

De la route de Vihren

14-aquilegia-aurea

Aquilegia aurea

15-aquilegia-aurea

Aquilegia aurea

16-aubrieta-intermedia

Aubrieta intermedia

16-dianthus-microlepis

Dianthus microlepis

16-dianthus-petraeus-orbelicus

Dianthus petraeus orbelicus

16-veratrum-album

Veratrum album

17-herakleum-sphondylium-ssp-verticillatum

Herakleum sphondylium ssp verticillatum

18-brassica-jordanoffii

Brassica jordanoffii

19-pinus-mugo

Pinus mugo

Lundi 21 juin

Une fois la vidange de notre voiture effectuée à Raslog, retour à Bansko où nos amis viennent de terminer leurs courses. Aussitôt départ pour Pirin, pauvre village délabré dont la visite par les touristes tant Bulgares qu’étrangers fut interdite jusqu’à l’année précédente. De ce fait, nulle part indiqué, il est difficile à trouver. Peu importe, les paysages sont beaux et les quelques fleurs nouvelles, intéressantes. Voici, entre autres, la belle Centaurea salonitana aux capitules dorés. Plus loin, d’autres jolies plantes telles Linaria genistifolia, Linum hologynum aux styles soudés, Hypericum olympicum.

Dans la bourgade perdue où nous pénétrons, existe un conservatoire de musique pour des femmes qui chantent d’une manière indéfinissable et prenante, de curieuses mélopées surannées. Et ces chanteuses se produisent non seulement dans leur région mais aussi sur les grandes scènes de Plovdiv, de Sofia et d’ailleurs.

De Pirin, une piste en cul-de-sac d’une quinzaine de kilomètres, permet d’atteindre le chalet Pirin dans les monts éponymes. Cette piste est le domaine, peut-on dire, d’un pois aux énormes fleurs carminées, Lathyrus grandiflorus. En bordure de la piste, près d’une source, une table de marbre blanc, flanquée de deux bancs de bois, nous convie au pique-nique. Arrêt repas, après lequel nous herborisons tout autour du chalet Pirin. Herborisation décevante où la plupart des plantes se trouvent aussi en France. C’est ainsi que nous y voyons Saxifraga rotundifolia, Geranium macrorhyzum, Petasites albus.

A la sortie de Pirin, nous effectuons un petit relevé que voici : Ballota nigra, Thymus sibthorpii, Buplevrum gerardi, Trifolium infamia-ponertii, Lappula barbata, Trifolium hirtum, Nonea lutea.

Une trentaine de kilomètres au-delà de Pirin, nous retrouvons la route de Sofia-la Grèce que bientôt nous abandonnons pour suivre la direction de Melnik. Sur les talus secs abondent Eryngium creticum et Stachys plumosa. A Melnik nous arrivons : sur la place du village est un platane d’Orient de 8 m de circonférence. Melnik est une merveilleuse petite cité riche de cinq églises et d’une centaine de maisons restaurées par le gouvernement. Hélas, nous ne pouvons pas tout visiter et continuons à suivre l’itinéraire prévu… Arrivée à Rojen, charmant hameau aux quelques maisons blanches. Puis accès en voitures au très vieux monastère qu’on atteignait jusqu’alors « seulement à pied par un chemin bordé d’ormes noueux », aux dires du guide Visa. Une courte visite, quelques instants de discussion avec une Française vivant à Sofia et retour pour Bansko où nous avons gardé les chambres.

01-centaurea-salonitana

Centaurea salonitana

02-hypericum-olympicum

Hypericum olympicum

03-linaria-genistifolia

Linaria genistifolia

04-pirin1

Pirin : le village

05-pirin2

Pirin

06-pirin3

Pirin

07-bu-lathyrus-grandiflorus

Lathyrus grandiflorus

07-lappula-barbata

Lappula barbata

08-nonea-lutea

Nonea lutea

09-trifolium-hirtum

Trifolium hirtum

10-eryngium-creticum

Eryngium creticum

11-stachys-plumosa

Stachys plumosa

12-melnik

Melnik

13-le-gros-platane-dorient-de-melnik

Gros platane d’Orient de Melnik

14-rojen

Rojen

15-vers-rojen

Vers Rojen

16-rojen-monast

Le monastère de Rojen

17-rojen-monast

Le monastère de Rojen

Mardi 22 juin

Ayant rendez-vous à Rila avec nos amis seulement à midi, nous avons le temps de visiter Bansko. dont les habitants, même sous le joug des Turcs, avaient su préserver leur liberté. Nous nous faufilons dans de beaux jardins dissimulés aux regards indiscrets, nous visitons l’église de la Trinité où curieusement nous pouvons voir une tribune à moucharabiehs prévue bien sûr pour les femmes et enfin nous faisons un tour dans la maison fortifiée où vécut, dans ses jeunes années, le moine Néofit Riski. Adieu à Bansko et en voiture sur la route longeant l’étroit passage séparant les Monts Pirin des Monts Rila et franchissant le col Pradet à 1140 m d’altitude. Puis route de Sofia que nous quittons bientôt pour celle de Rilskimonastir.

Près d’une fontaine où nous remplissons nos gourdes, voici Dianthus corymbosus et Nepeta nuda, cette dernière rare en France.

A 11 h 45, au parking du monastère de Rila, comme prévu nous retrouvons nos amis. Nous allons en leur compagnie, visiter le plus renommé des monastères bulgares, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour ne pas trop alourdir ce compte rendu, aucune description n’en sera faite. Disons cependant qu’il fut fondé avant l’an Mille par le moine , Jean de Rila.

Il est bien sûr très tard lorsque nous prenons notre repas, cette fois encore dans une immense clairière. Celui-ci terminé, nous empruntons la piste conduisant à Partisanska Poliana, assez haut dans la montagne. La piste devenant trop dangereuse, nous continuons à pied. Rencontre de Hollandais ayant pris un congé sabbatique de six mois pour faire, aller-retour, en vélo essentiellement, le trajet de leur pays à la Bulgarie. Puis, retour de nos amis, qui eux avaient continué : il était temps, l’orage est là.

Retour au monastère puis à notre hôtel de style montagnard, tout en bois. Bon repas avec truite du torrent et énorme salade de fruits .

Voici pour terminer, une liste de plantes rencontrées au-delà du monastère de Rila. Toutes ne sont pas des espèces nouvelles pour nous, ce que nous regrettons un peu.

Alnus viridis, Digitalis viridiflora, Rosa pendulina, Achillea ageratifolia, Digitalis ambigua, Pinus peuce, Anthemis ruthenica,  Fagus x moesiaca, Rumex alpinus, Astagalus glycyphyllos, Geranium macrorhizum, Silene alpina, Betula pendula, Geum coccineum, Silene dioica, Brassica pauciflora, Linaria genistifolia, Telekia speciosa, Campanula moesiaca, Moehringia muscosa, Thalictrum aquilegifolium, Cardamine resedifolia, Myosotis sp, Trifolium alpinum, Cirsium appendiculatum, Picea abies, Trifolium campestre, Coronilla varia.

01-dianthus-corymbosus

Dianthus corymbosus

02-nepeta-nuda

Nepeta nuda

03-rila-monast1

Monastère de Rila

04-rila-monast2

Monastère de Rila

05-rila-monast3

Monastère de Rila

06-rila-monast4

Monastère de Rila

07-rila-mon-fresque

Monastère de Rila : fresque

08-clairiere-vers-partisanska-polyana1

Clairière vers Partisanska Polyana

09-vers-clairiere-partisans2

Clairière vers Partisanska Polyana

10-fontaine-pres-clair-partisans3

Fontaine vers Partisanska Polyana

11-achillea-ageratifolia

Achillea ageratifolia

12-anthemis-ruthenica

Anthemis ruthenica

13-campanula-moesiaca

Ccampanula moesiaca

14-coronilla-varia

Coronilla varia

15-digitalis-ambigua

Digitalis ambigua

16-digitalis-viridiflora

Digitalis viridiflora

17-moehringia-muscosa

Moehringia muscosa

18-rosa-pendulina

Rosa pendulina

19-rumex-alpinus

Rumex alpinus

20-silene-dioica

Silene dioica

21-telekia-speciosa

Telekia speciosa

22-thalictrum-aquilegifolium

Thalictrum aquilegifolium

23-trifolium-alpestre

Trifolium alpestre

Mercredi 23 juin

Ce matin depuis notre hôtel tout près de Rila, il nous faut rejoindre une route filant plein nord et au bout d’une vingtaine de kilomètres, emprunter une voie secondaire menant à Samokov, plus à l’est. Là encore changement de direction pour atteindre le complexe touristique de Maljovitsa.

Voici, nous y sommes. Cette station de sports d’hiver construite à 2729 m, dissimule ses grands bâtiments modernes dans la forêt où se mêlent pins macédoniens (Pinus peuce) et pins d’Ecosse (Pinus sylvestris). Nous empruntons un étroit sentier balisé zigzaguant parmi les bois jusqu’à une station du téléphérique. De là nous continuons tout droit dans la large travée aménagée pour les skieurs, où, après coup, la pelouse s’est installée, et avec elle quelques espèces qui sont : Veronica austriaca subsp teucrium, Jasione bulgarica ainsi qu’Omaloteca supina. Il est hélas, en montagne, trop tôt pour les plantes rares et belles et nous ne verrons donc pas Primula deorum (la divine), paléoendémique des montagnes de Rila.

Sur la crête où nous parvenons, domine le pin de montagne Pinus mugo. A nos pieds, à quelques centaines de mètres en contrebas, c’est un paysage à nul autre pareil : une forêt de sombres conifères d’où émergent de-ci, de-là, quelques autres conifères géants, effilés, légèrement évasés à la base. Dans une autre direction, nous distinguons à la jumelle, un sommet dénudé au pied duquel s’élève un bâtiment de pierre, certainement Partisanska Poljana qui à vol d’oiseau est à peine à une dizaine de kilomètres.

A 15 h 30 nous rejoignons Paul qui discute avec un Bulgare de la télévision de Sofia. Vers 16 h nous partons explorer les abords d’un autre complexe hôtelier, Vada. Rien de nouveau à part Aremonia agrimonoides. En définitive, plutôt que de retourner à Maljovitsa, nous décidons de poursuivre jusqu’à Borovec, la principale station de sports d’hiver de Bulgarie. L’hôtel Moura, 3 étoiles, qui nous tente, est agréable, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, la vue depuis nos chambres, reposante. Seul le repas laisse à désirer.

01-de-semokov-a-maljovica

De Semokov à Maljovica

02-montee-au-sommet-de-maljovica

Montée au sommet de Maljovica

03-veronica-austriaca-teucrium

Veronica austriaca teucrium

04-arenaria-biflora

Arenaria biflora

05-jasiona-bulgarica

Jasione bulgarica

05-omalotheca-supina

Omalotheca supina

06-au-dessus-de-maljovika

Au-dessus de Maljovika

07-au-dessus-de-maljovika

Au-dessus de Maljovika

08-en-quittant-maljovita

En quittant Maljovika

09-depuis-l-hotel-de-borovec

Depuis l’hôtel de Borovec

10-vada-prairie

Prairie à Vada

(suite) Roumanie / Bulgarie 7

Vues : 1