Jeudi 15, tout le monde en route pour le lac des Gloriettes. Donc direction du cirque d’Héas, qu’on va délaisser au bout de quelques kilomètres. Arrivés au lieu convenu, on gare les voitures près du mur du barrage où va commencer l’herborisation qui consiste tout d’abord à contempler et à photographier de beaux Saxifraga cotyledon puis à explorer l’une des rives du barrage. Puis c’est l’heure du repas. Celui-ci terminé, c’est l’exploration de l’autre rive où des rochers sont ornés de guirlandes vertes formées par les jolies feuilles de Primula hirsuta. Au cours de cette herborisation aux Gloriettes ont été relevées près de cent espèces dont : Acinos alpinus, Androsace carnea, Angelica razulii, Arctostaphyllos uva-ursi, Arnica montana, Asplenium septentrionale, Asplenium viride, Bartsia alpina, Campanula ficaroides, Carex ferruginea et flacca, Daphne laureole subsp philippi, Festuca gauthieri, Globularia nudicaulis, Hypericum maculatum, Juniperus nana, Koeleria pyramidata, Laserpitium latifolium, Minuartia villarsii, Paradisia liliastrum, Primula hirsuta, Rosa glauca, Saxifraga aizoides, Sedum atratum, Sideritis hyssopifolia, Sorbus aria et aucuparia, Tofieldia calyculata, Vaccinium uliginosum, Veronica spicata. Au retour des Gloriettes, un arrêt en bordure de route nous permet de noter encore Bupleurum angulosum, Pedicularis foliosa, Reseda glauca etc. Un peu plus bas, au croisement de la route d’Héas, près du Gave, nous ajoutons à la liste Salix purpurea et eleagnos. De retour à Gèdre, à l’hôtel, car certains de ces messieurs tiennent à voir à la TV, l’arrivée du Tour de France à Saint-Etienne. Ceci fait, nous voici de nouveau en partance… pour le Plat de Saugué. Sur plusieurs kilomètres, abonde sur les bas-côtés, Tanacetum corymbosum. Sur le plateau, arrêt pour contempler le cirque de Gavarnie. Puis de nouveau en voitures et demi-tour avec nouvel arrêt un peu plus bas, ce que nous n’avions pu faire en montant. Et voici pour ne pas changer, quelques-unes des plantes tirées d’une liste en comportant une vingtaine : Carex panicea, Deschampsia caespitosa, Dianthus superbus, Lathyrus pratensis, Listera ovata, Mentha longifolia, Scleranthus uncinatus, Trisetum flavescens.

Première herborisation au-dessus du parking des Gloriettes
Saxifraga cotyledon
Lac des Gloriettes
Lac des Gloriettes
Depuis le lac des Gloriettes
Primula hirsuta
Feuille de Primula hirsuta avec ponte d’insecte
Angelica razulii avec anomalie sur une feuille
Arctostaphyllos uva-ursi
Arnica montana
Asplenium septentrionale
Asplenium viride
Bartsia alpina
Cardamine resedifolia
Carex ferruginea
Daphne laureole ssp philippei
Hypericum maculatum
Koeleria pyramidata
Laserpitium latifolium
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Sedum atratum
Sorbus aria
Sorbus aucuparia
Sorbus aucuparia
De Saugué vue sur Gavarnie
Tanacetum corymbosum
Listera ovata
Viola cornuta

Vendredi 16, le groupe « s’éclate » : en effet certains n’ont guère envie d’effectuer 500 mètres de dénivelée pour atteindre le refuge des Espuguettes et de là grimper encore en direction de la Hourquette d’Alans. C’est pourquoi deux restent à l’hôtel, trois vont aller à Gavarnie, un attendra sur le parking, trois abandonneront un peu en dessous du refuge. Seuls Camille, Henri, André, Lilia, Michèle et moi-même continuons jusqu’à un éboulis avec le vague espoir de trouver Borderea = Dioscorea pyrenaica, rarissime espèce endémique. Bientôt Camille fait l’ascension d’un rocher puis d’une crête, afin, dit-il de prospecter un autre versant. N’étant plus à portée de vue, Henri et les deux dames, inquiets, le rejoignent. Quant à André et moi-même nous préférons fouiller l’éboulis, lieu de prédilection de la rareté. Avant d’y parvenir, que de belles plantes rencontrées ! Encore Saxifraga longifolia, et puis Geranium cinereum, Arenaria purpurascens. Après quoi, tous deux rejoignons le refuge. Bientôt nos compagnons nous rejoindront et à 5 heures, départ. Le long du sentier pentu, tout plein de Merendera pyrenaica (= montana) à admirer ! Et nous voici à l’embranchement de plusieurs sentiers sur une partie bien plane. Et là… je fais une chute et j’aurai besoin de l’aide d’Henri pour accomplir les 400 m de dénivelée qui restent encore. Voici donc quelques espèces glanées dans le relevé de 90 plantes : Aconitum napellus et vulparia, Aspidium lonchytis, Bromus erectus, Carduus carlinoides, Crepis pygmaea, Draba carinthiaca, Dryas octopetala, Festuca eskia, Gentiana verna, Globularia repens, Helianthemum grandiflorum, Helleborus viridis, Melampyrum sylvaticum, Myosotis alpestris, Nardus stricta, Oxalis acetosella, Pedicularis pyrenaica, Platanthera chlorantha, Potentilla montana, Prunella laciniata, Salix retusa, Saxifraga aspera et praetermissa, Silene quadrifida et rupestris, Trifolium alpestre, Veronica aphylla, fruticans et ponae, Viola biflora.

En montant en direction de la Hourquette d’Alans
Vue sur le village de Gavarnie
L’âne de retour de la Hourquette
Vue sur le cirque de Gavarnie
Sentier caillouteux de la Hourquette d’Alans
La Brèche de Roland
Vue sur le refuge des Espuguettes
Geranium cinereum, Androsace villosa
Arenaria purpurascens
Refuge des Espuguettes
Les Blondes d’Aquitaine
Merendera montana
Aconitum napellus
Aconitum lycoctonum
Bromus erectus
Carduus carlinoides
Crepis pygmae
Dryas octopetala
Gentiana verna
Helianthemum grandiflorum
Helleborus viridis
Melampyrum sylvaticum
Myosotis alpestris
Nardus stricta
Oxalis acetosella
Pedicularis pyrenaica
Platanthera chlorantha
Saxifraga praetermissa
Silene acaulis
Trifolium alpestre

Samedi 17, tout le monde quitte Gèdre. Arrêt au Tourmalet, pour que ceux qui le désirent, puissent visiter le jardin alpin. Plus loin à Campan, ce sont les mounargues (poupées grandeur nature), cette fois très nettes et non embrumées comme nous les avions vues à l’aller. Peu avant Capvern, c’est l’arrêt pique-nique, et puis nous nous retrouvons tous sans toutefois Camille G. et le couple Oddos préférant rentrer ce jour.

Dimanche 18, c’est le retour, avec pour moi, une jambe dans le plâtre. Dommage qu’un aussi agréable et fructueux séjour, se soit si bêtement terminé !

(suite)

Vues : 6