Mercredi 16 juin

Nous quittons Lovec, hélas, sans l’avoir visitée, à l’exception de son joli pont couvert. Construit en 1874, il fut détruit par un incendie en 1925 puis reconstruit sur le même modèle deux ans plus tard. De chaque côté de ce pont, de petites boutiques proposent céramiques, vêtements, cuirs etc.

Nous voici peu après la visite, en direction du col de Trajan par une route moins encombrée que celle que nous avions prise antérieurement. Dans les villages traversés, on étale le foin sur les appuis de fenêtres, devant les portes et même sur une bonne partie de la chaussée… Curieuse pratique que nous n’avons vue nulle part ailleurs.

Arrêt au monastère de Trojan dont la grosse ferme en dépendant, est située tout à côté à l’extérieur des murs. Quelques moines vivent encore dans ce monastère fondé en 1600 et louent des cellules libres aux touristes. Dans l’église, reconstruite en 1835, on peut admirer les belles fresques de Zacharie Zographe. En dehors du monastère, mais tout près, de nombreux étals présentent la fameuse céramique de Trajan, de belles icônes sur bois peintes à la main et bien d’autres choses. Tout cela nous fait abandonner le projet de visiter la ville : d’ailleurs n’a-t-on pas dit qu’en Bulgarie la botanique doit primer sur le tourisme ? De ce fait nous traversons la ville sans nous y arrêter et reprenons la direction du col.

A ce col, arrêt au pied d’une colline, surmontée d’un immense arc de triomphe en béton. En effet en Bulgarie, en pleine campagne, parfois s’élèvent des œuvres gigantesques, ce qui est pour le moins surprenant. Les prairies subalpines où nous nous trouvons hébergent des espèces qu’on trouve chez nous dans des biotopes semblables. Citons toutefois une éricacée orientale Bruckenthalia spiculifolia. Revenus à la route nous la traversons pour prendre un chemin qui, bientôt n’est plus carrossable. A pied nous continuons jusqu’à des rochers où se mêlent plantes occidentales et orientales que voici : Arenaria bifolia, Calamintha alpina, Moneses uniflora, Orthilia secunda, Potentilla cinerea, Ranunculus nemorosuus, Saxifraga adscendens et paniculata. Spécifiquement orientales sont les espèces suivantes : Centaurea triumfetti subsp novaki, Helleborus cyclophyllus, Saxifraga marginata, Thlaspi ovalanum et Verbascum longifolium. Il est à noter que Saxifraga marginata atteint sa limite ouest en Italie.

Quinze kilomètres avant Kamare, arrêt pique-nique sur une petite éminence toute tapissée d’herbe tendre et ombragée de jolis pins. Mais voilà deux pauvres bohémiens qui montent jusqu’à nous pour réclamer à manger. Nous n’avons pas beaucoup à partager, nos provisions s’étant peu à .peu épuisées. Le repas vite terminé nous reprenons la route. A Kamare nous retrouvons le grand axe Sofia / Mer Noire que nous suivons en direction ouest sur une trentaine de kilomètres. La première petite route rencontrée nous conduit au charmant village de Koprivstika. Des forêts de pins entrecoupées de vertes prairies l’entourent et nous rappellent les paysages de Haute-Loire. Mais dès qu’on pénètre dans la petite agglomération, plus rien de semblable à chez nous : maisons à encorbellements, façades à colonnes, vastes cours intérieures prouvent que nous sommes là dans une riche cité orientale.

A notre arrivée à Koprivstika il n’est pas tard, mais en cet agréable lieu, le besoin de repos comme par hasard se fait sentir. A l’unique et tout récent hôtel sis tout en haut d’une colline d’où la vue doit être admirable, nous allons retenir nos chambres. Après un court repos bien mérité, nous nous attablons dans une auberge située dans une ancienne et belle maison à immense cour intérieure. Là, enfin, nous dégusterons l’excellent muscat de Karlovo à l’issue d’un repas typique et curieux.

01-pont-de-lovec

Pont de Lovec

02-vers-trojan-foin-ds-rue

Vers Trojan, foin dans la rue

03-ferme-de-trojan-mon

Ferme du Monastère de Trojan

04-entree-trojan-monast

Entrée du Monastère de Trojan

06-trojan-monast

Monastère de Trojan

07-trojan-monast2

Monastère de Trojan

08-trojan-monast3

Monastère de Trojan

09-une-fresque-du-monast

Une fresque du monastère

10-pres-col-de-trojan

Près du col de Trojan

11-bruckenthalia-spiculifolia

Bruckenthalia spiculifolia

12-helleborus-cyclophyllus

Helleborus cyclophyllus

13-koprivstica

Koprivstica

14-du-resto-de-koprivstika

Cour intérieure vue depuis le restaurant de Koprivstika

15-verbascum-longifolium

Verbascum longifolium

Jeudi 17 juin

Ce matin, visite de deux belles maisons de Koprivstika : celle à colonnes d’Oslekov, riche marchand de tissus, celle plus modeste du poète Débélianov et enfin visite de l’église.

Adieu à la jolie cité et départ pour Plovdiv, deuxième ville de Bulgarie. Sur les deux-tiers du trajet la route étroite et sinueuse traverse une zone accidentée et de ce fait, peu fréquentée. Les Monts Sredna Gora qu’elle entaille, sont malheureusement éventrés si l’on peut dire, transformés en immenses exploitations minières en espaliers se terminant par un gigantesque complexe industriel où sans relâche vont et viennent de lourds camions. Un arrêt nous permet d’observer l’exploitation mais aussi d’herboriser quelque peu. Nous notons ici Genista tinctoria déjà vu bien souvent en Bulgarie mais surtout trois endémiques d’Europe orientale qui sont Lychnis viscaria subsp atropurpurea, Centaurea affinis ainsi qu’Hypericum cerastoides. Peu après cette courte herborisation, nous prenons notre repas de midi près d’une fraîche fontaine à l’abri de hêtres. séculaires. Notre dessert, savoureux, ce sont les fraises cueillies par Yvonne pendant que Jeannette et moi recherchions des plantes nouvelles.

Avant Plovdiv nous notons encore Genista sagittalis, Digitalis lanata, Conringia orientalis et Polygala major.

A 17 heures, installation au Novotel de Plovdiv. A 17 h 30, Jeannette et moi seulement partons visiter la vieille ville. Un taxi nous amène au théâtre antique récemment découvert grâce à un glissement de terrain. De là à pied, par de tortueuses ruelles, nous grimpons jusqu’à la « maison de Lamartine », luxueuse demeure que nous avons le plaisir de visiter. C’est là, en effet que Lamartine fut accueilli durant les trois semaines que dura la maladie qu’il contracta lors d’un voyage en Orient. De là nous redescendons visiter l’église orthodoxe de Santa Maria. Puis nous voici dans la rue Maxime Gorki aboutissant à une grande place d’où part une rue piétonne bordée de chaque côté d’immeubles néo-baroques abritant restaurants, galeries d’art, magasins… Et nous voici de retour au Novotel pour le repas du soir.

01-koprivstica-ferme

Ferme à Koprivstica

02-koprivstica

Koprivstica

03-koprivstica2

Koprivstica

04-maison-oslekov-kovrist

Maison Oskelov à Koprivstica

05-mines-des-mts-sredna-gora

Mines des Monts Sredna Gora

06-campanula-ligulata

Campanula ligulata

07-hypericum-cerastoides

Hypericum cerastoides

08-lychnis-viscaria subsp atrapurpurea

Lychnis viscaria subsp atrapurpurea

09-digitalis-lanata

Digitalis lanata

10-plovdiv-pont-aux-boutiques

Plovdiv, pont aux boutiques

11-plovdiv-theatre-ant

Plovdiv, le théâtre antique

12-plovdiv-mais-lamartine

Plovdiv, la “Maison de Lamartine”

13-mosquee-djoumaya-djamya-plovdiv

Plovdiv, la mosquée Djoumaya Djamya

Vendredi 18 juin

Avant de quitter le Novotel, ultime regard sur Plovdid . Au pied même de l’hôtel coule la Maritza enjambée par un pont tout récent. A l’arrière-plan s’étend la vieille ville aux trois collines, Trimuntium, où se devine le théâtre antique et où s’élèvent les fins minarets des deux mosquées.

Nous sommes maintenant à la recherche de la maison Balabanov et d’une autre en contrebas au fond d’un jardin. Après les avoir visitées, c’est au tour du musée ethnographique aux belles salles aux plafonds de bois sculpté. Visite encore du musée des icônes et de l’église des Saints Constantin et Helena à l’iconostase ornée de peintures de Zacharie Zographe. Puis comme hier nous parcourons la rue Maxime Gorki, la grande place, la voie piétonne. Le pont traversé, nous voici au parking du Novotel. Adieu à Plovdid et en voiture ! A une vingtaine de kilomètres au sud-est de Plovdid, la petite cité d’Assenovgrad offre de vieilles et intéressantes églises à visiter mais comme nous avons hâte de nous rapprocher du monastère Batchkovo, nous ne nous arrêtons pas.

Midi déjà et il pleut… mais près du monastère, est un original restaurant situé tout contre une bouillonnante cascade. De très beaux arbres le jouxtent. L’un d’entre eux a été curieusement préservé lors de la construction, de façon telle qu’il se trouve tout aussi bien dedans que dehors. Allons donc dans ce restaurant peu banal. Lorsque nous en sortons après avoir dégusté un typique et bon repas, il ne pleut plus. Nous pouvons donc visiter le deuxième monastère de Bulgarie. A part l’église tout est fermé. Retour à la voiture et velléités de départ. En effet, Paul met le contact et jette un coup d’œil au rétroviseur. Tiens, tiens… dit-il sur un ton enjoué. Aussitôt je réalise que nos amis Gérard et Françoise sont là, très en avance sur le rendez-vous. Tous les six cette fois, nous allons au monastère. Tout vient d’ouvrir, et sur la conduite d’un enfant, nous avons le plaisir de visiter les antiques cuisines, le réfectoire… Mais le temps passe, nous n’aurons pas le temps de faire l’ascension du Red Wall dont parle Polunin. Toutefois, une heure et demie de balade sur le sentier qui y mène, nous permet de voir une bugle originale, Ajuga laxmanii ainsi que d’autres plantes qui sont : Dianthus armeria subsp armeriastrum, Alyssum murale subsp chalcedicum et la polymorphe Digitalis lanata. Retour aux voitures et départ de Batchkovo. Arrêt près de l’auberge Lougousko Hanché pour photographier la sous-espèce flavidum de Verbascum phoeniceum. Un peu plus loin nouvel arrêt à Narcenski Bani où nous passerons la nuit.

01-musee-ethnogr-de-plovdiv

Plovdiv, musée etnographique

02-backovo-monast

Monastère de Backovo

03-backovo-monast2

Monastère de Backovo

04-backovo-mon-fresque

Fresque du monastère de Backovo

05-ajuga-laxmannii

Ajuga laxmannii

06-verbascum-phoeniceum-flavidum

Verbascum phoeniceum subsp flavidum

Samedi 19 juin

Sans regret nous quittons Narecenski Bani qui, (nous l’apprendrons tout à l’heure, n’est en fait qu’une immense léproserie), pour Chepelare. Là une dame parlant parfaitement le français, va nous expliquer où se trouve le musée spéléologique que nous recherchons. Celui-ci est installé dans le sous-sol d’un hôtel qui en réalité est une grotte aménagée. Dans l’entrée, une affiche de l’exposition internationale de Millau de 1988 à laquelle nous avions participé, Paul et moi, en compagnie de ma fille et des siens… notre guide bulgare aussi.

Le reste de la matinée se passe à herboriser dans des sites magnifiques. Soudain nous ravissent les corolles orangées de Geum coccineum vu pour la première fois. Quelques autres plantes l’accompagnent. Ce sont : Cerastium cerastoides déjà cité, Onosma taurica, Linum nervosum et Linum tenuifolium, ce dernier chez nous aussi. L’après-midi nous notons encore Genista lydia Sedum hispanicum,Trifolium medium subsp balkanicum.

Puis nous voici à Shiroka Laka ayant conservé ses typiques et originales maisons perchées. Avec grand plaisir nous flânons dans ce curieux village, franchissons un joli pont en dos d’âne, pénétrons dans la vieille église, admirons l’école nationale de musique et de danses traditionnelles, destinée à perpétuer la chanson des Rhodopes et la musique des kaba-gaïda, sortes de cornemuses à sonorité grave.

Un peu au-delà de Shiroka-Laka, direction de Tesel puis de Trigrad, village en cul de sac à l’entrée des Monts du Rhodope interdisant toute communication avec la Grèce. Entre ces deux agglomérations, dépaysement assuré : partout de petits champs hérissés de tuteurs où grimpent des haricots, et dans des lits de ruisseaux en partie asséchés… des ânes, une couverture sur le dos. Là, un torrent impétueux, bordé de falaises où croissent par centaines les Haberlea rhodopensis, heureusement inaccessibles. Ce sont là des relictes du tertiaire de la famille des gesnériacées.

Ceci dit, poursuivant notre « périple », nous parvenons à Batak où nous recherchons vainement l’hôtel du Routard. Par chance, voici près des rives d’un beau lac, un imposant palace. Nous pénétrons dans l’immense salle où une cascade se perd dans un luxuriant jardin intérieur. Et avant de gagner notre appartement, il nous faut, malgré notre fatigue, absolument visiter la suite présidentielle, aux immenses pièces luxueusement meublées.

01-geum-coccineum

Geum coccineum

02-achillea-clypeolata

Achillea clypeolata

03-linum-tenuifolium

Linum tenuifolium

04-linum-hirsutum

Linum hirsutum

05-genista-januensis

Genista januensis

06-onosma-taurica

Onosma taurica

07-shiroka-laka

Shiroka laka

08-siroka-laka

Shiroka Laka

09-siroka-laka3

Shiroka Laka

10-siroka-laka-maison-perchee

Maison perchée à Shiroka Laka

11-siroka-laka-eglise

L’église de Shiroka Laka

12-de-tesel-a-trigrad

De Tesel à Trigrad

13-tesel-a-trigrad-gorge

De Tesel à Trigrad : la gorge

14-geranium-macrorrhizum

Geranium macrorrhizum

15-hypericum-montbretii

Hypericum montbretii

16-tesel-batak

De Tesel à Batak

17-lac-de-batak

Lac de Batak

(suite) Roumanie / Bulgarie 6

Vues : 1