Samedi 17 et dimanche 18 avril, retour en arrière… Il aurait été si simple apparemment de présenter ce compte rendu par ordre chronologique. Mais dans ce cas, les données sur la flore de la Tunisie se seraient trouvées intercalées entre celles sur la Sicile. On aurait pu aussi tout bonnement placer le rapport de ces deux journées en tout début de celui de la Sicile, avant en quelque sorte de notre rendez-vous avec Gérard et Françoise, bien sûr ! Mais j’ai privilégié de poursuivre le récit du voyage lors du débarquement de Tunisie en Sicile.

Donc, le samedi 17, à 15 heures, après une traversée de 30 minutes depuis Reggio de Calabre, nous abordons à Messine. Depuis la voiture, maintenant, nous notons des plantes reconnaissables de loin : Acacia longifolia, Ampelodesmos mauritanica, Spartium junceum, Galactites tomentosa, Chrysanthemum coronarium, Artemisia maritima, Hyparrhenia hirta, Reseda alba, Cistus incanus, Bituminaria bituminosa, etc. Peu avant Cefalu où nous avions prévu de nous rendre, arrêt photos qui nous permet de noter Calystegia sylvatica, Antirrhinum majus, Euphorbia dendroides. Arrivée à Cefalu que nous visitons rapidement puis que nous photographions depuis de beaux rochers se détachant sur la mer. Après cela, direction de Palerme où nous n’irons pas, nous rappelant les difficultés de circulation. C’est donc à la sortie de la ville que nous portons notre choix sur l’hôtel Azzolini.

Messine
Acacia longifolia
Ampelodesmos mauritanica
Juste avant Cefalu
Cefalu

Dimanche 18, sur les bords de l’autoroute bien vite retrouvée, fleurissent mimosas, chardons laineux ainsi que Teucrium fruticans. Arrivés à Trapani, nous retenons un hôtel en bord de mer, puisque le lendemain il nous faudra être au port avant 6 h du matin. Ceci fait, nous voici repartis pour le Capo San Vito et sa réserve naturelle de Zingaro. Quelques centaines de mètres après notre départ, surprise ! Des palmiers nains imbriqués les uns dans les autres couvrent une vaste étendue. Plus loin la petite route serpente dans un paysage sauvage, parfois entrecoupé de champs d’oliviers mêlés d’amandiers. Partout beaucoup de plantes sauvages telles Chamaerops humilis, Juniperus oxycedrus, Ferula communis, Sylibum marianum etc. Un arrêt à la sortie de Capo San Vito permet de noter Silene coeli-rosa, Erodium malacoides, Plantago albicans, Hedysarum coronarium, Anemone hortensis, Centranthus ruber, Echium parviflorum et d’autres encore. En début d’après-midi, Maryse et moi pénétrons dans la réserve pour herboriser. Voici d’une liste non exhaustive de 60 espèces, celles que nous présentons : Anthyllis tetraphylla, Arum arisarum, Astragalus hamosus en fruits, Brachypodium pinnatum, Chamaerops humilis, Convolvulus althaeoides, Euphorbia pithyusa, Helichrysum rupestre, Iberis semperflorens, Magydarys pastinacea, Malva cretica, Micromeria fruticulosa, Phagnalon saxatile, Pistacia lentiscus, Prasium majus, Rhus coriaria, Rumex bucephalophorus, Scabiosa cretica, Scorpiurus vermiculatus, Thapsia garganica, Verbascum sinuatum. Il ne nous est pas possible, hélas, de nous éloigner des sentiers, de fouiner de partout. De plus nous n’ avons parcouru que la moitié du chemin et le temps nous manque pour essayer de trouver l’accès de la réserve par le sud… Nous ne trouvons donc pas, comme Gérard et Françoise, 15 jours plus tard, Biarum tenuifolium, rare espèce proche de l’arum. Et nous nous rendons donc au temple de Ségeste, inscrit au programme. Sur le parking, nous voici garés maintenant. Paul et moi qui avions déjà visité ce monument en 1971, restons là, à contempler une mirifique coulée de férules en pleine anthèse. Après cette journée bien remplie, il est temps de rentrer à l’hôtel deTrapani.

Paysage de Zingaro
La mer vers Zingaro
Chamaerops humilis
Chamaerops humilis
Chamaerops humilis
Fleurs de Chamaerops humilis
Maryse près de la grotte
Maison- près de la grotte
Convolvulus althaeoides
Euphorbia pithyusa
Helichrysum rupestris
Iberis semperflorens
Iberis semperflorens
Micromeria fruticulosa
Phagnalon saxatile
Prasium majus
Scabiosa cretica
Scabiosa cretica
Scabiosa cretica
Temple de Ségeste
Vue depuis l’hôtel de Trapani

Mercredi 12 mai, le retour en arrière effectué, nous pouvons pour l’instant, nous retrouver tous les six à l’hôtel Gemmellaro de Nicolosi. Mais là ce matin c’est la scission de notre petit groupe. En effet nos amis grenoblois désirent rester un ou deux jours de plus en Sicile. Nous quatre, comme nous sommes restés longtemps en Tunisie, avons hâte de rentrer. Ce sont donc les adieux… et de nouveau nous roulons en direction de Messine où de là nous quitterons la Sicile pour l’Italie continentale. Mais à Reggio de Calabre au lieu de prendre la voie longeant la côte ouest, nous suivons « le pied de la botte », dans les Pouilles afin de rejoindre Alberobello située au « début du talon », non loin de Bari, de Tarente. Alberobello est une cité extraordinaire, hors du temps, composée de demeures appelées trulli (du grec trullos). Les trulli rappellent un peu nos bories et sont construits en pierres sèches et recouverts de toits coniques en pierre aussi. Elles sont enduites de chaux, fraîches l’été, chaudes l’hiver, bref, confortables. Le soir nous irons dans un restaurant installé dans un trullo et passerons tous les quatre la nuit dans un autre de construction récente et doté de tout le confort moderne. Depuis l’inscription de la petite ville à l’UNESCO plus aucune construction nouvelle n’est autorisée.

Trulli d’Alberobello
Trulli d’Alberobello
Trulli d’Alberobello
Trulli d’Alberobello
Un trullo d’Alberobello
Trulli d’Alberobello
Alberobello : notre hôtel
Alberobello : entrée de notre hôtel
Alberobello : autre quartier
Site de notre restaurant
Alberobello : trullo saisonnier dans les champs
Alberobello boutique dans un trullo

Jeudi 13 mai, nous reprenons la route du retour, sans arrêt jusqu’au motel Dealuna situé à quelques centaines de mètres de Fidenza. Le lendemain, vendredi 14, après 3 h 30 de route, nous sommes à Suze où nous nous arrêtons comme de coutume, pour les achats traditionnels. Puis c’est le passage du tunnel du Fréjus et le retour chez soi, ravis du voyage.

(suite)

Vues : 6