Afrique du Sud 10

Mercredi 13 décembre

Si la publication précédente relatait trois journées, celle-ci n’en présentera qu’une seule, tant les observations furent nombreuses… et intéressantes. En effet, le téléphérique pour Table Mountain ne fonctionnant pas ce matin, nous ne pouvons nous y rendre. Alain propose donc de nous emmener visiter l’aquarium de Cape Town, mais Gérard et Françoise n’en ayant guère envie, font part de leur desiderata : faire tout en herborisant, l’ascension de Lion’s Head. Ne sommes-nous pas venus dans la Province du Cap pour l’observation de sa flore d’une richesse inouïe ? Bien sûr je me joins à eux et nous décidons tous de nous retrouver à 13 heures au départ du sentier. Que cette grimpée est agréable ! Les pentes de la montagne sont le domaine d’un fynbos d’où émergent, de-ci, de-là, quelques silhouettes d’arbres calcinés, des Leucadendron argenteum probablement. Tout en grimpant, parfois nous détournons nos regards de Lions’s Head et à l’opposé nous les portons sur la ville du Cap, l’océan et les montagnes lointaines à l’horizon. Mais vite de nouveau à notre passe-temps favori ! Et voici donc quelques plantes aperçues : tout d’abord le magnifique et géant Pelargonium cuculatum aux belles fleurs magenta ; puis Salvia africana caerulea aux corolles d’un mauve clair ; Lobostemon fruticosus aux fleurs rose-mauve, un peu velues à l’extérieur ; et Erica plukenetii, déjà vue à Dutoit’s Kloof mais ici à feuilles jaunâtres se recourbant et penchant tristement, une des cinq sous-espèces sans doute ! Petit à petit, tout en nous élevant et progressant, nous avons peu ou prou changé de direction. Jetons donc un coup d’œil autour de nous. Tout en bas sur une pente douce s’étend une agglomération aux nombreuses villas jusqu’à une baie bordée de sable fin. Ce doit être, pensons-nous, Sea Point, la zone résidentielle bourgeoise du Cap. Et si nous regardons à travers une trouée parmi le feuillage de leucadendrons argentés, nous avons vue sur la partie haute de Sea Point, dominée par Signal’s Hill, le point de vue où Alain nous avait conduits le jour même de notre arrivée. Quelques photos prises, revenons à notre herborisation. Voici une euphorbe arbustive se détachant sur Table Mountain, Euphorbia arceuthobioides ; plus loin un bel arbuste au feuillage vernissé au nom de Rhus = Searsia incisa (une anacardiacée), espèce endémique d’Afrique du Sud, est inscrite sur la liste rouge de ce pays; puis ce sont des Struthiola myrsinites aux curieuses fleurs directement fixées sur la tige par un long tube s’échancrant en quatre pièces au centre desquelles se nichent huit petits pétales ; Gnidia simplex aux fleurs jaunes un peu sur le même modèle que les précédentes ; Solanum linnaeanum, arbuste épineux d’un mètre de haut, à feuilles elles aussi épineuses et profondément lobées, fleurs violacées et baies jaunes de 25 mm de diamètre. Peu à peu nous approchons de la cime rocheuse, et c’est pourquoi je pense, des escaliers de bois (en mauvais état), remplacent le sentier. Sur notre droite, côté montagne, le versant est colonisé par de jeunes Leucadendron argenteum à l’ombre desquels croissent diverses protéacées non fleuries actuellement. Par contre les Pelargonium cuculatum font de belles traînées roses le long des pentes. Rose aussi, mais bien différent, est une iridacée au centre vert cru, Ixia monadelpha. De petits taxons non identifiés sur place resteront sans nom puisque toute détermination ultérieure est impossible, tout prélèvement, si minime soit-il, étant interdit. Pour compenser, quelques belles espèces ne nous posent aucun problème. Avec plaisir nous revoyons Leonitis leonurus ; pour la première fois nous pouvons admirer Roella ciliata, campanulacée à grosse corolle en cloche et Crassula nudicaulis en boutons ; et encore Athanasia parviflora vue le jour même de notre arrivée, à Signal’s Hill. Et voilà ! Nous n’aurons pas le temps de nous hisser jusqu’au sommet rocheux de Lions’Head. Pas grave. Un dernier coup d’œil au loin sur l’océan où Robben Island nous rappelle encore le si long internement de Nelson Mandela, et nous redescendons. Avant 13 heures nous sommes au lieu de rendez-vous où nos compagnons ne tardent pas à arriver.

Lion's Head

Lion’s Head

La ville du Cap et l'Océan

La ville du Cap et l’Océan

Pelargonium cuculatum

Pelargonium cuculatum

Sea Point, la zone résidentielle

Rhus incisa

Struthiola myrsinites

Solanum linnaeanum

Escaliers lors de la balade à Lion’s Head

Leonitis leonurus

Ruella ciliata

Vue sur Robben Island

Le téléphérique étant remis en marche, nous allons à la station pour l’emprunter et nous rendre à Table Mountain. Depuis 1997 c’est un nouvel engin de fabrication suisse, à cabine rotative de forme arrondie, grimpant jusqu’à 1067 m d’altitude. Le premier téléphérique de facture allemande, plus simple bien entendu, fonctionna pendant 68 ans, transportant durant ce temps 11 000 000 de personnes, sans que fut à déplorer le moindre accident. Actuellement, grâce à la rotation de la cabine, les 4 à 5 minutes passées dans ce nouveau moyen de transport, sont un véritable enchantement. On jouit d’une vue à 360 degrés, sans cesse changeante. C’est ainsi qu’on voit Lion’s Head longuement balafré par le sentier que nous venons d’emprunter, qu’on aperçoit la ville du Cap et Cape Point et plus loin l’Océan. On voit encore Signal’s Hill et d’autres montagnes à l’horizon. Sitôt sortis à la station supérieure, l’enchantement continue : devant nous, vues imprenables sur la ville du Cap ; derrière nous, sur un chaos de rochers gris clair où se nichent des touffes d’astéracées d’un jaune lumineux, le tout se détachant sur Lion’s Head. Alors, bien installés parmi les roches agréablement réchauffées par un chaud soleil, nous prenons le temps de savourer notre pique- niques. Ensuite, alors que nous allons voir où en sont nos compagnons en train de se restaurer au self-service, un daman des rochers traverse le chemin devant nous. Puis il s’arrête comme s’il voulait que nous le photographiions. Alors qu’il est classé dans les ongulés agressifs sifflants et hurlants, il est là d’une parfaite placidité. Il n’a pas peur des humains que chaque jour il voit et qui le nourrissent fort bien. Il suffit d’ailleurs de le regarder pour s’en rendre compte ! Nous avons enfin rejoint Françoise et Gérard qui viennent de quitter l’établissement, et avec eux nous commençons à herboriser. Partout à l’entour, toujours de belles touffes d’astéracées d’un jaune d’or. Parmi elles se trouve Hymenolepis crithmoides que nous connaissons de Signal’s Hill et revue ce matin à Lion’s Head ; Athanasia crithmifolia qui lui ressemble mais est pourvue d’une tige raide recouverte d’un manchon étroit de feuilles fines et égales ; une troisième est Senecio rigidus avec ses grandes feuilles plus ou moins ondulées, bordées de dents irrégulières ; enfin la quatrième semble être Chrysocoma coma-aurea. Délaissant les abords de la station, nous empruntons un petit sentier balisé serpentant sur le plateau de Table-Mountain. Là, peu d’astéracées, d’autres plantes prennent la relève, comme par exemple la curieuse Penaea mucronata. Ailleurs apparaissent les bruyères suivantes : Erica coccinea, abietina et plukenetii cette dernière vue bien souvent ces jours-ci ; plus loin une astéracée mais à ligules violettes, Senecio elegans. Et soudain, plus de botanique mais, pour changer, un peu de zoologie et de géologie ! En effet sur une pierre se prélasse un gros lézard de plus de 20 cm de long. Son nom serait Agama aira. Non loin de lui nous admirons de belles roches à taffoni semblables à celles que je me souviens avoir vues en Corse. Puis tout en continuant le long du sentier, nous parvenons à une zone de protéacées à gros cônes durs et massifs entourés de feuilles. Il doit s’agir de Leucadendron strobylinum femelle. Au détour du sentier, nous apparaissent, assez proches, des bâtiments. Effectivement nous avons déjà terminé le court circuit. Mais Gérard n’est pas là ! Où peut-il bien être? Avec les jumelles nous l’apercevons au loin. Il nous faut, pour le rejoindre, emprunter le Sentier des Chèvres, peu commode. Au cours de la progression, nous avons le plaisir de découvrir une sorte d’immortelle aux feuilles en rosettes recouvertes d’un tomentum blanchâtre et d’où s’élève un bouquet de petits fleurons jaunes et serrés. Puis nous passons près d’une profonde faille de plusieurs centaines de mètres de profondeur à travers laquelle nous apparaissent la plaine et la ville. Enfin nous rejoignons Gérard en un site à nul autre pareil, à grandes dalles grises légèrement bombées entre lesquelles croissent essentiellement des restionacées de diverses espèces, hautes généralement. C’est là un fynbos de restionacées où nous déterminons quelques-unes d’entre elles telles Chondropetalum mucronatum, espèce géante à pieds mâles et femelles, inféodée à Table Mountain ainsi qu’une espèce voisine, Chondropetalum deustum. Elegia racemosa, elle aussi, est fréquente sur la Montagne de la Table. Parmi ces plantes, des Watsonia tabularis d’un rose saumoné, se détachant à merveille sur les dalles grises, jettent une note de gaieté parmi ces belles mais un peu tristes étendues. Et voici un court épi de fleurs jaunâtres et penchées s’échappant de longues feuilles : les corolles, non encore écloses, ne permettent pas son identification. Dommage ! Un peu plus loin encore deux immortelles, l’une est Syncarpha argyropsis, l’autre serait Edmondia sesamoides ; une astéracée à grosse fleur jaune perchée au sommet d’une tige filiforme, est Ursinia nudicaulis. Puis nous voyons une nouvelle Struthiola, Struthiola dodecandra. Quant à Crassula coccinea, il faut attendre le mois prochain pour que ses fleurs s’épanouissent et revêtent le plateau de grandes nappes écarlates. Mais soudain le temps fraîchit, le brouillard nous enveloppe et à regret il faut nous en retourner.

Vue sur Table Mountain et sa cabine de téléphérique

De Table Mountain vue sur la ville du Cap et l’océan

De Table Mountain vue sur Lions Head

De Table Mountain : vue sur Le Cap et la côte

Table Mountain, parmi les rochers : notre lieu de pique-niques

Un daman

Le restaurant de Table Mountain

Hymenolepis crithmoides

Athanasia crithmifolia

Senecio rigidus

Erica abietina

Senecio elegans

Rochers de Table Mountain à taffoni

Leucadendron strobylinum femelle

La faille de Table Mountain

Chondropetalum mucronatum

Wattsonia tabularis

Ursinia nudicaulis

(suite)